Pour la placer parmi les premières, pour lui conserver toute l’attention qu’elle mérite, il faudrait que soit réhabilité cet Art Déco si longtemps décrié et qui, au nom d’une avant-garde qui a « vampirisé » les divers courants artistiques contemporains, n’a, en dépit des majuscules auxquelles elle a droit, que lentement conquis ses lettres de noblesse. Et pourtant, de la complicité entre un architecte « officiel », Roger-Henri Expert, et un sculpteur « classique », Carlo Sarrabezolles, a surgi un chef-d’œuvre comme il n’en subsiste de par le monde que peu d’exemples comparables : une œuvre d’art « totale » qui vaut autant pour son unité que pour son unicité. (Pierre Rosenberg)

L’aventure de la construction a commencé dans les années 20, au début du XXème siècle, en passant par la recherche d’un terrain, l’obtention d’un crédit jusqu’à la difficile tâche du choix de l’architecte et de son inséparable collaborateur…

Treize année d’efforts furent nécessaires pour réaliser la légation de France à Belgrade telle que nous la connaissons aujourd’hui. Cette légation demeure le témoin d’une période où les relations franco-serbes, reposant sur l’héritage de la Grande guerre, s’inscrivaient dans toute la complexité des rapports politiques, économiques et culturels de l’Europe de l’entre-deux-guerres…

Emmanuel Bréon, historien d’art, nous parlera de l’architecture et du décor de l’Ambassade de France. Il est actuellement Conservateur-en-chef du Patrimoine, chef du département des peintures du Musée des Monuments Français à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, à Paris.

Stanislav Sretenovic, historien, conseiller auprès de L’Institut d’histoire contemporaine de Serbie, nous parlera des circonstances historiques dans lesquelles a été conçu et construit ce beau bâtiment.

En français et en serbe. Traduction simultanée. Entrée libre.

The post L’Ambassade de France à Belgrade – une œuvre d’art totale et unique appeared first on Institut français de Serbie.

Original Article